Franck Lepage : « L’école fabrique des travailleurs adaptables et non des esprits critiques »

Franck Lepage. Un des précurseurs de cette forme populaire de l'éducation du même nom, la conférence gesticulée, qu'il porte à l'un de ses développements les plus aboutis. Captivant, lumineux, et plein d'humour. Incontournable.

Et pour rappel, l'APF est une association agréée d'éducation populaire. Bonne lecture!

Ancien directeur du développement culturel à la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture, auteur des conférences gesticulées « Inculture(s) 1 — L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu (une autre histoire de la culture) » et « Inculture(s) 2 — Et si on empêchait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres (une autre histoire de l’éducation) », cofondateur de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé et de l’association l’Ardeur, militant se refusant artiste, décrit comme un « Desproges bourdieusien¹ », Lepage affirme que « la démocratie ne tombe pas du ciel, elle s’apprend et s’enseigne » et que « pour être durable, elle doit être choisie : il faut donc que chacun puisse y réfléchir ». Il défend qu’il « incombe à la République d’ajouter un volet à l’instruction publique : une éducation politique des jeunes adultes² ». Dans l'une de ses conférences, il explique à travers son propre parcours et ce qu’il appelle « son échec d’ascension sociale » comment le système éducatif français actuel favorise la reproduction des inégalités de classe et comment son regard sur l’éducation a été profondément influencé par ses études à feu l’Université expérimentale de Vincennes, dans les années 1970. Entretien, quelque part en Guadeloupe.

Lire la suite sur le site d'Informaction.

Picto handicap visuel.jpgAccès audio :

podcast

Lien permanent Catégories : Reportage 0 commentaire 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.